Girondins de Bordeaux

Football, Ligue 1 (24e journée) : Avant Bordeaux / Dijon : La moutarde, svp, plutôt que la mayonnaise...

14 février 2020 à 12h10
Paulo Sousa attend de ses joueurs qu'ils se transcendent et aillent au bout d'eux-mêmes aussi longtemps qu'ils portent le maillot d'un club au riche passé
Crédit photo : ARL Christophe Monzie

Face à leur meilleur "client" à Bordeaux depuis plusieurs saisons, qui vient de prendre une rouste sur sa pelouse en Coupe face au PSG, les Girondins, qui ont déjà beaucoup gaspillé de points à la maison, parviendront-ils à enchaîner et renouer avec la victoire au Matmut en Ligue 1 pour la première fois de l'année, après avoir sorti cette même formation en Coupe de la Ligue fin octobre (2-0) ? Pour cela, la moutarde devra leur monter au nez, et l'envie de se surpasser qui avec, afin d'éviter de nous servir une mayonnaise indigeste.

Bien sûr, les statistiques face à cet adversaire, au moins pour les matches au Matmut (car en Bourgogne, ils ont parfois souffert voire perdu) parlent en leur faveur, le classement également, ainsi que le maigre pécule récolté par les Bourguignons hors de leurs bases, 19e équipe à l'extérieur (seul Toulouse a fait pire). De là à penser que les Girondins ne vont faire qu'une bouchée du DFCO ce samedi, il y a cependant un pas que peu de gens oseraient franchir. D'abord parce que Bordeaux, qui voyage bien (3e meilleure équipe) gaspille et cale souvent sur sa pelouse (18e au nombre de points) où il n'a plus gagné en championnat depuis le...3 décembre contre Nîmes (6-0), soit 3 rencontres, dont 2 défaites contre Lyon et Strasbourg. Ensuite parce que l'on a beau dire et beau faire, le présent continue de confirmer le passé : privés d'un vrai buteur perceur de coffres-forts depuis le départ de Diabaté, les Girondins éprouvent toujours autant de mal à battre les formations mal classées : Strasbourg était 15e quand il est venu gagner 1-0 à Bordeaux le 15 décembre, Brest ne valait pas mieux lors du match aller en septembre 2-2, tout comme St Etienne en octobre 0-1). Huit points perdus en route (on pardonnera pour PSG, l'OM, l'OL et Montpellier qui sont d'un autre calibre) que Bordeaux n'aurait jamais dû lâcher et qui le hisseraient sur le podium à la 3e place à l'heure qu'il est...Mais on ne refera pas l'histoire. Le nivellement du championnat fait que, par chance, les Marine et Blanc ont encore mathématiquement une carte à jouer, même si leur droit à l'erreur s'amenuise au fil des journées, pour peu qu'ils sachent se transcender et aller au bout d'eux-mêmes comme les y exhorte leur entraîneur, sentir - mais tous ensemble, pas seulement quelques-uns - la moutarde leur monter au nez en même temps que l'appétit de la victoire. A toute chose, malheur est bon : leur élimination précoce dans les deux coupes nationales leur offre au moins un avantage sur certains de leurs adversaires, qui laissent souvent des plumes, de l'énergie, et parfois leur culotte dans ces joutes de semaine. Comme le DFCO, par exemple, balayé sur sa pelouse par un PSG pourtant presque Bis ce mercredi (1-6) avec deux autogoals à la clé, excusez du peu...De quoi vous rendre neurasthénique. Mais ce n'est pas le genre de la maison dijonnaise, qui ne sera pas d'humeur à tendre l'autre joue. Le DFCO a de la qualité, il l'a prouvé à Gaston Gérard en battant ce même PSG en championnat (2-1) et plus récemment Lille (1-0) à l'issue d'un match exemplaire de courage qu'on peut considérer comme le match-référence de sa saison jusqu'ici. Mais il sera privé, et pour plusieurs semaines, de son gardien Alfred Gomis (ligament croisé du genou), infranchissable ce dimanche-là contre les Dogues, remplacé par l'ex-titulaire, le portier islandais Runarsson. Cadiz et Chafik, touchés contre Paris, sont également incertains. Côté girondin, seuls Kalu (genou) et Kwateng, salement taclé à Metz, manqueront à l'appel. Face aux illustres défenseurs de la cité de la moutarde, Bordeaux devra donc montrer qu'on sait aussi la savourer à Bordeaux, plutôt que de servir à ses supporters une mayonnaise infâme qui ne tiendrait même pas sur des oeufs mimosas. Ecoutez la réaction de Paulo SOUSA, l'entraîneur du FC Girondins de Bordeaux, au micro de Christophe Monzie, et Stéphane JOBARD, l'entraineur du Dijon FCO. Rendez-vous ce vendredi 14 février dans Le Week-End en Sport à partir de 19h, puis samedi 15 février dans le mag d'avant-match de Top Chrono à partir de 19h15. Coup d'envoi : 20h, commentaires de Christophe Monzie et Michel Le Blayo.

Match à suivre en direct du Matmut Atlantique sur toutes nos fréquences, ainsi que sur notre site internet www.arlfm.com et l'appli "ARL" à télécharger sur votre mobile (gratuite), en duplex avec les meilleurs moments du derby de basket en Nationale 2 Messieurs B.B. Marmande / Villeneuve Basket Club, en direct de la salle des sports de Beaupuy (47) à partir de 20h. Le point toutes les 20 minutes, commentaires de Jérémy Cazemajou. 

Réaction de Paulo SOUSA

Réaction de Stéphane JOBARD